Hero Image
- Cindy Joubert

Accoucher dans un environnement
intime

La femme est un mammifère

Accoucher dans un environnement intime

Tout le monde le sait, les animaux s’isolent pour mettre bas. Même les animaux domestiques, les chiens ou les chats, se trouvent un endroit sécurisant et attendent bien souvent la nuit pour mettre au monde leurs petits...

Comme les mammifères, la femme a besoin d’un environnement intime pour enfanter !

Dès le début du travail, une grande quantité d’hormones est libérée par notre cerveau dit primitif, permettant au processus de la naissance de se mettre en marche. Dans ce cocktail hormonal de l’accouchement, on trouve, entre autre, l’ocytocine qui a pour rôle de provoquer la contraction de l’utérus. Cette hormone est appelée hormone de l’amour ! C'est la même hormone qui est produite lorsqu’on câline nos enfants, qu’on tombe amoureux, qu’on embrasse notre moitié, qu’on fait l’amour, etc.

De ce fait, une atmosphère douce et sereine autour de la mère permet la libération rapide et en masse d’ocytocine, ce qui facilite l’accouchement. Étymologiquement, ocytocine signifie d’ailleurs « accouchement rapide ».

Oui mais, voilà, nous ne sommes pas des animaux !

A l’opposé de nos compagnons à quatre pattes, notre cerveau primitif régissant nos instincts est peu utilisé. C’est notre néocortex, la partie de notre cerveau permettant réflexion et raisonnement, qui fonctionne à plein régime. Les émotions comme la peur et le stress, venant du néocortex, perturbent fortement le processus physiologique de la naissance.

En résumé, le plus grand défi d’une femme qui accouche est de mettre en sourdine son néocortex !

Pour faire taire son néocortex, et se concentrer sur ses instincts, la femme qui enfante a besoin de :

  • Silence. Les personnes qui gravitent autour d'elle peuvent chuchoter et limiter au maximum les discussions. Pour aider, le partenaire peut aussi répondre à toute question d’ordre administratif.
  • Intimité. Ce qui implique des présences discrètes et peu nombreuses.
  • Obscurité. On bannit la lumière vive, on privilégie une lumière douce, tamisée.
  • Chaleur. Le froid réveille le néocortex et empêche le corps de se détendre et de lâcher prise.
  • Confiance. Un environnement et des personnes renvoyant un sentiment de sécurité.

Afin de rendre le lieu d’accouchement plus intime, il est intéressant de personnaliser la salle, d’apporter un peu de chez soi : photos ou dessins des aînés, objet fétiche, oreiller, musique, guirlande, affiches, cartes d’affirmations positives, etc.

Le temps de l’enfantement, la femme doit accepter de débrancher son néocortex, de n’être plus "qu’une mammifère" se laissant guider par son instinct, en toute confiance.

Cindy Jbt
En Co-Naissance

Publications apparentées: